Posts

La fatigue sur nos pensées


On ne peut pas recommencer le week end? J’ai pas eu le temps de me reposer !

Généralement je ne fais pas partie de ces gens épuisés le lundi, ou les phobiques de la reprise, mais là ..! Reprenons parce que je suis sure que vous ne comprenez pas vu que je suis plutôt du style pantouflarde, abonnée aux siestes et adepte du « moins j’en fais, mieux je me porte ! -Je l’assume totalement d’ailleurs ! Je tiens néanmoins a préciser que moins en faire veut juste dire, faire peu mais efficacement (A)

Tout commence vendredi avec l’annonce de la disparition d’une personne de la famille de ma belle-sœur. Du coup, sans hésiter, de vendredi après-midi a hier soir -dimanche soir- j’ai donné un coup de main pour gérer les bambini. Là où je veux en venir c’est la suite. Ma nièce ayant pleuré jusque tard vendredi soir, la seconde ayant pris la relève le soir suivant, plus les difficultés à endormir bébé, ça donne une tata à faire peur.

Arrivé hier soir, près de 48h à s’occuper d’eux, la fatigue commença a me rendre légèrement irritée. J’eu du mal à garder ma patience pour endormir bébé -lui chanter ses berceuses m’endormais a moi, je cherchais les solutions de facilité pour les occuper -bonjour les dessins animés- et je ne pensais plus qu’à une chose, mon lit ! -Oui parce que c’est bien sympa de dormir avec sa nièce qui grimpe sur vous de façon tellement mignonne et adorable mais le confort de la chose quoi ! Alors je redirigeais plus souvent les enfants vers papa, je profitais d’une tierce personne présente pour me décharger un peu et tenter de ne faire qu’un avec le canapé jusqu’à la délivrance : L’HEURE DE RENTRER CHEZ SOI !

Bon je vous l’accorde à me lire on dirait que j’étais seule avec eux, qu’ils étaient totalement épuisant et que le monde me tombais sur la tête. Ça doit être les restes de fatigue qui parle.
Je réalise en écrivant ces lignes qu’on peut penser « Mon D- comment ça va être quand elle sera maman », ce à quoi je répondrais : « Ce n’est pas pareil » ! Déjà parce que je serais chez moi et qu’avec mes propres enfants je saurais comment réagir avec chacun. Quoiqu’il, je me rends compte d’une autre chose en écrivant cela c’est que maman c’est réellement le ‘boulot’ le plus épuisant qui soit ! J’ai un respect infini pour toutes ces mères qui s’occupent de leur enfant, que ce soit à plein temps où celles qui ont le temps et la force de travailler en même temps, celles qui continuent aussi leurs études, vous êtes des WONDERWOMANS !

Enfin je n’écris pas aujourd’hui pour louer les mamans, ça mériterait beaucoup plus de temps et un article beaucoup plus complet -et si je cible sur les mères juives, je dirais même un article découpé en plusieurs parties ! Donc revenons à nos moutons.

Une fois rentrée a la maison hier -en loque- je réalise que la maison est sans dessous dessus -oui oui il n’y a que moi et Truffe la semaine et le week end parfois de la famille ou des amis en plusLes machines qui débordent du paniers -vive les pulls restés a la cave pendant trois saisons-, le linge détendu mais toujours pas plié, le désordre qui prend malin plaisir à ne jamais prendre fin et bien sur la vaisselle ! -je commence sérieusement à considérer les gens possédant un lave-vaisselle comme les plus intelligents du mondePuis au milieu de la pièce cette chaise de bureau tellement a l’aise qui m’appelle -Bah quoi vous n’entendez pas l’appel de votre lit vous peut être? Comment aurais-je pu refuser de répondre à cette supplication ? -Hehe l’exagération marseillaise refait surface-

Je m’assois donc et là, BIM toute la fatigue s’écroule sur moi et je me mets à cogiter. C’est franchement compliqué de combattre ses pensées en étant fatigué, on fait attention aux moindres détails, on glisse lentement vers le négativisme et pourquoi? On a donné, on a aidé et on veut de la reconnaissance ? Personne ne m’a forcé a le faire et pourtant j’aurais aimé un petit merci ou un petit message, n’importe quoi je suppose mais à y réfléchir de plus près, moi-même parfois j’oublie de dire merci je crois, j’oublie de penser que les autres aussi peuvent être fatigués et sont dans le même état dans lequel je suis.

Alors je me suis levée, j’ai étendu la machine, plié le linge, lavé la litière de princesse Truffe et je me suis rassise -non je n’ai pas fait la vaisselle, toujours pas. J’ai fixé mon lit en cherchant je ne sais ou les forces pour me relever et changer les draps. En attendant qu’elles arrivent j’ai réalisé que parfois le mérite d’une action a plus de valeur quand elle n’est pas forcément mise en avant. Un peu comme ces mères que ni les enfants ni les conjoint(e)s ne remercient tous les jours de tout ce qu’elles font, un peu comme ces chauffeurs de bus qui voient défiler toute la journée des centaines de personnes qui ne les calculent pas, ou encore comme ces personnes qui s’occupent de personnes décédées qui même si elles le voulaient ne pourrait pas dire merci.

Et j’ai souri. J’ai souri d’avoir réussi à voir le côté positif. J’ai souri car il y a quelques temps je n’en aurais pas été capable. J’ai souri car on peut compter sur moi. J’ai souri car j’étais apte à aider et que souvent on aide plus les étrangers que sa propre famille. J’ai fait mon lit et j’ai ragé contre le match de l’OM. -Interdiction de critiquer !

Alors ne laissez pas votre fatigue parler. Partez à temps, sortez prendre l’air, mettez-vous sur off mais réfléchissez avant tout au côté positif.
Vous êtes fatigué parce que vous avec trop? Bonne nouvelle vous n’êtes pas au chômage !
Les enfants vous épuisent? Bonne nouvelle vous en avez.
Vous ne dormez pas la nuit ? Vous avec un lit et un toit !

Il y a toujours pire quelque part sur terre. Même si c’est facile à dire, croyez-moi il n’y a rien de plus rassurant et motivant au final. Pour avoir été au fond du trou, pour avoir eu les pensées les plus sombres, pour avoir broyé du noir pendant des semaines, des mois voire des années, faites-moi confiance. Faites les premiers pas, le reste suivra inévitablement !

Sur ce je vais prendre mon troisième café du jour !
Miew

 

 

2 réflexions au sujet de « La fatigue sur nos pensées »

  1. Tu a tellement raison ,il y a toujours pire et nous devons dire merci pour ce que la vie nous apporte et non fulminé pour ce qu’elle ‘apporte’ pas ou ce qu’on ne peux faire quand l’envie nous prend…bisoooous (et au passage merci pour le petit passage des wonderwomans hihi on es tellement critiquer a ce prendre des ‘donc en gros tu fout rien de ta journée’ que quand quelqu’un nous remercie et reconnais qu’on a du taf même si on reste chez soit ça fait toujours plaisir ❤ )

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.