Blabla Perso·Posts

Ma vie de célibataire [I]


Et oui nous y voilà, je vais enfin parler de mon expérience en tant que célibataire ayant abandonnée les collocs -si c’est toujours pas lu allez jeter un coup d’œil à l’article- et qui a choisi de s’assumer comme telle: seule, enrobée, végétarienne et fière !

Alors vous aurez surement envie de me dire des trucs du style « Tu crois que t’es exceptionnelle? », « Tu crois que t’es la première? », « T’es pas la seule » … Déjà la réponse est bien entendu ‘Non’ mais laissez-moi vous expliquer tout de même le pourquoi de ce post.

Quand on est de confession juive et que l’on passe la vingtaine, de suite le mariage devient une obsession – pour les parents, les jeunes filles, bref tout le monde-  Certaines même arrivent à jalouser leur amis déjà casés ! -Jusqu’où la folie va!- Si on s’approche du milieu orthodoxe, là où les jeunes gens n’ont pas le droit de se toucher jusqu’au mariage, où beaucoup trop de sujets -d’après moi-  sont tabous, la où la pression se fait la plus oppressante, croyez-moi avoir 25 ans, être toujours célibataire et en plus avoir un appartement seule c’est cocher toutes les cases pour être catégorisée comme fille de ‘mauvais genre’ ou en tout cas de mauvaise fréquentation.

Vive l’imagination j’ai envie de vous dire. Que croient-ils que je vais faire chez moi sérieusement ? Des partouzes ? -pardonnez mon terme pour les plus sensibles et je vous vois, ne faites pas comme si vous n’êtes pas la! Je pense -comme dans beaucoup de choses- que les interdits forcent l’imaginaire, qu’ils amènent beaucoup de personnes à la tentation. Après tout un enfant n’est-il pas pris de la plus irrésistible des envies de toucher le feu qu’au moment où on lui conseille de ne pas le faire ?

Je ne dis pas qu’il ne faut pas connaitre les interdits mais se connaitre est avant tout la clé des choses.
Si je SAIS que je suis capable de vivre seule, si je SAIS que je peux me gérer, si je SAIS que je ne vais pas faire de conneries pourquoi continuerais-je à vivre dans cet encadrement nocif -pour moi- que sont les collocations ? Pourquoi à cause de ce que certains pourraient penser, je devrais ne pas être heureuse et vivre une vie dans laquelle je ne peux m’épanouir ? Pourquoi parce que les gens pourraient me juger, je devrais prendre leur avis en considération?

Alors oui il y a de ca deux ans, j’ai été forcée de vivre seule -abandon au dernier moment de celle qui devait être ma colloc et de ça, incapacité à trouver une remplaçante- Franchement, sur le coup, oui j’étais triste voire même énervée, c’eut été une période difficile CERTES mais si je regarde le positif de cette étape de ma vie – ce que j’essaie toujours de faire- voilà ce que j’en tire.

Etant de nature introvertie, me retrouver seule avec moi-même n’a jamais été un souci même plutôt une nécessité. Je ne fais pas partie de ces jeunes qui adorent sortir et faire la fête, rencontrer toujours plus de monde, se faire tout-un-tas d’amis -qui au final ne sont simplement que des connaissances ou des amis de plus sur Facebook- Je pense que le fait que mon prénom IRL -bien que je trouve tellement beau Silver- signifie ‘Sérénité’ y est pour beaucoup -après tout c’est pour ça que l’on accorde tant d’importance au prénom de notre enfant- Du coup, à part la déception et le questionnement du comment j’allais m’en sortir pour payer ce loyer beaucoup trop élevé toute seule, je l’ai plutôt bien vécu.

Rentrer le soir, personne à qui parler. Se réveiller le matin, personne à qui parler -j’avoue ça fait un peu sauvage-. Vouloir écouter la musique à fond -hormis les voisins-aller se doucher à n’importe quelle heure, laisser trainer la vaisselle -oui bon j’ai pas dit que j’étai exemplaire non plus-avoir le toilette toujours libre -c’est la gastro qui dit amen la (a)-  être face a ses propres règles de vie, d’hygiène et de savoir vivre. Pis c’est aussi une autre façon de savoir gérer son argent, loyer plus important, aucune possibilité de partager les dépenses, gérer ses consommations autant que possible.. Croyez-moi quand je vous dis que même si la vie est encore compliquée, je suis heureuse et je le pense.

Au début je m’en sortais plus ou moins parce que j’avais quand même un travail, donc de quoi couvrir les dépenses même si chaque mois était un autre défi. Puis, bim une sciatique -Nan je ne suis pas si vieille- et un licenciement en prime et là le cauchemar commence. C’est vrai que j’ai un peu touché le fond a ce moment-là et la solitude pesait même si je m’y sentais bien mais c’est là que j’ai eu mon déclic. Croyez quand on vous dit que c’est quand on se trouve au plus bas que l’on remonte la pente de la bonne manière. Le chemin n’est pas simple, semé d’embuches mais ça vaut tellement le coup, ça fait tellement de bien !

Vous pouvez penser que je dois quand même avoir des gens autour de moi qui me soutiennent, qui m’aident ect. Je l’ai cru et lors de cette année je me suis rendue compte des essentiels.
Une fois la pente remontée, je suis revenue près des miens avec cette fois le réel choix de prendre un appartement seule.

Croyez-moi, si je n’allais pas mieux dans ma tête, jamais, je dis bien JAMAIS je n’aurais fait ce choix. J’étais beaucoup trop dans le ‘que vont penser les gens’, je vais passer à côté de mon potentiel époux pour ce choix -et là je vous vois avec les yeux écarquillés prêt a sortir de leur orbite ! Sachez juste que pour rencontrer ‘un bon parti’, dans mon monde il faudrait être irréprochable et si on se réfère à ce que j’ai dit plus haut, vivre dans un appartement seule = mauvais genre- et je me suis dit que s’il y avait un D-, alors peu importe ce que disent ou pensent les gens, peu importe mes choix, le bien m’arrivera de LUI.

Quel amusement de voir le visage des gens se décomposer en découvrant que je vis seule. Quel délectation de les voir comprendre que désormais je me suffis de moi-même. Quel plaisir de me rendre compte le chemin parcouru ! Il n’y a pas meilleur sentiment que de voir son univers pleins d’arc en ciel, de licornes et de cacas papillon. Bien entendu je rigole mais c’est ce que m’inspire mon bonheur. J’ai avancé doucement dans mon nouveau chez moi. J’ai combattu les nouvelles épreuves que la vie dressait devant moi. J’ai au fur et à mesure vu les gens mécontents de mes choix s’en aller et me laisser tranquille. J’ai continué à sourire et développer mon self-love. J’ai appris à m’éloigner de l’avis des autres et à être totalement en adéquation avec tout ce que je pense, prône et choisi au quotidien.

humeurAlors oui je suis célibataire, je suis ronde -mais tellement bien foutue héhé-, je suis végétarienne, j’ai un lapin, les cheveux rouges mais qu’est-ce que je le vis bien. Je suis peut être passée par la case psy pour être sure de ce qui n’allait pas, pour voir si mes changements étaient les bons et la joie de se rendre compte que nos changements sont solides, le plaisir de savoir que notre sourire ne s’envolera pas le lendemain est bien la meilleure chose qui soit.

Il y a des jours où j’ai envie d’être au fond du lit, des jours où je n’ai pas envie de sourire – du moins une partie de la journée, parce que quand je me pose et pense à la vie que j’ai je ne peux que sourire-  mais ça ne veut pas dire que la Silver du passé ressurgit. Je suis et resterais toujours humaine avec les hauts comme les bas à la différence que désormais je sais le gérer.

Je n’aime peut être pas les fêtes, les anniversaires, les mariages mais je sais être heureuse pour les gens. Je ne suis peut-être pas celle qui vous sautera dans les bras en vous voyant après longtemps mais je suis celle qui sourit sincèrement, celle qui ne mentira jamais pour faire plaisir, celle qui ne jugera jamais à moins d’avoir été dans la même situation -et même là j’essaie de ne pas le faire car jamais deux situations sont totalement semblables-. Je suis celle qui sera toujours dispo pour écouter, je suis celle qui se préoccupe des autres avant elle-même -tout en travaillant pour faire autant pour elle qu’elle ne fait pour les autres- Vous trouvez tout ça prétentieux ? Grand bien vous fasse, je sais qui je suis, ce que je vaux et je suis fière d’en être arrivée là.

Alors pour conclure, peu importe ce que pensent les gens, assumez vos choix, cessez de vous laisser guider par les prétendus règles de vie prédéfinies ne pas se laver après 22h, se marier avant 20 ans, avoir un travail, être passé par les études, manger à heures fixes- Profitez de la vie comme bon vous semble, elle est trop courte pour faire attention au plaisir des autres ou au qu’en dira t-on!

Love, S.

Ps: n’hésites pas à partager ton expérience ou ressenti en commentaire ou sur Instagram !

Ps2 : Si jamais un charmant jeune homme intéressé passe par là, n’hésite pas à laisser ton Cv 😉

3 réflexions au sujet de « Ma vie de célibataire [I] »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.