Posts

Let them go


letting-goAujourd’hui j’ai à coeur d’écrire sur le sujet des aller-venus dans notre vie. Ces personnes qui apparaissent plus ou moins longtemps pour disparaître subitement d’une seconde à l’autre. Bien entendu je ne parle pas de ceux qui nous quittent pour rejoindre les cieux.

Souvent les amitiés d’enfances passent à l’as une fois le Bac en poche, ou celles universitaires une fois les études finies. Peut importe, il y a plusieurs degrés d’amitiés, bien entendu. Je veux parler des amitiés fusionnelles. On a tous connu peut importe où, une personne dont on a progressivement ou aussi vite qu’un coup de foudre, été aussi proche qu’un frère ou une soeur. Pourtant, peu importe les jours, les mois ou les années à discuter de tout ou rien, à partager absolument tout et n’importe quoi, tous ces sourires, toutes ces larmes, cette épaule sur laquelle vous comptiez tant finie par disparaître. La raison? Bien souvent il n’y en a pas et ça fait mal.

J’ai expérimenté bien des départs dans ma vie, de la maladie à la mort, des départs à l’autre bout du monde jusqu’à l’ignorance pixelisée. Oui , ne nous mentons pas, nous vivons dans l’ère de notre temps avec ces amitiés parfois seulement derrière un écran.

Pourtant peu importe quelle sorte d’amitié, un départ ou un silence fait toujours mal. La faute surment à cette facilité aujourd’hui à pouvoir remplacer et être remplacé aussi rapidement. Du coup sait on ce qu’est une véritable amitié? 

Je fais partie de ces quelques personnes dans le monde à croire en absolument tout le monde et aimer tout le monde sans exception. Je crois en l’être humain et non en ce que la société veut nous faire croire qu’il est en l’incluant dans une case, une religion, une couleur de peau, une certaine orientation sexuelle..

Je fais aussi partie de cette minorité à ne jamais en vouloir à personne. Oui ça me vaut énormément de déceptions, de larmes, de douleurs mais j’aime trop pour zapper et rendre ce que l’on me fait. Si toi qui lit ces lignes, tu m’as zappé un jour, saches que la porte n’est pas fermée, elle ne le sera jamais peut importe ce qu’il s’est passé. 

Pourtant, ces derniers temps, j’ai pris conscience d’une chose : être gentille ne signifie pas accepter de souffrir pour des gens qui m’excluent de leur vie sans raisons. Je réalise que je suis prête à vous laisser partir pour être plus heureuse. 

Du coup, je vous regarde vous éloigner de loin, sans ignorer quand même ce pincement au coeur indéniable de ma personnalité, et j’arrête après deux trois tentatives de retendre une perche dans ma direction. Vous faites ce choix, assumez le.

Je comprend enfin après un quart de siècle dans ce monde que courir après ceux qui ne souhaitent plus votre présence est plus néfaste que de s’unir avec le diable. Autant endurer les souffrances qu’engendrent la séparation et le silence du début, s’habituer et continuer d’avancer. Savoir que moi je serais toujours là mais que je ne change pas d’amis comme de chaussettes me réconforte pour me dire que moi j’ai la valeur de l’amitié.

Dans la vie au final ce qui importe le plus est que chacun aille bien et sois bien avec ses choix. Je suis désormais entière avec ma décision de vous laissez partir le temps qu’il vous faudra, même si au final vous choisissez « toujours ».

L’essentiel étant que j’aurais certainement appris quelque chose de vous alors MERCI. N’oublie pas que ma porte est toujours ouverte.
Love

Miew tumblr_o5id0kvm5y1uy3xfpo1_1280

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.