Posts

Lettre ouverte à ma princesse devenue étoile.


C’est la gorge nouée quand je pense à toi que je viens pourtant pour écrire, t’écrire.
Hier, ce mardi 17 septembre 2019, après des heures à te battre, tu t’en es allée rejoindre les anges. Tu en étais déjà un Truffe. Tu étais mon ange gardien, oui on le sait toutes les deux. On sait tout ce que l’on a passé ensemble, on sait toute l’aide que l’on a été l’une pour l’autre. On sait le soutien, on sait les moments durs, on sait les larmes, on sait les joies, les sourires et les peurs.

Depuis que j’ai un appartement, tu as toujours été là. Comment vais je supporter le silence désormais? Pas que tu étais bruyante mon amour mais je te savais là et ta présence suffisait à m’apaiser. Quel sens à la vie sans tes adorables bêtises d’amour? Est ce réellement drôle de ne plus faire attention à ce qu’aucun cable ne dépasse, à ce que mes chaussures et sacs soient rangés. Je t’ai peut être grondé quelque fois pour que tu arrêtes de manger mes habits, les murs, les livres, tout ce que tu trouvais mais ils sont aujourd’hui de merveilleux reminders que tu as bien existé pour mon plus grand bonheur.

On sait où j’en étais quand ce 10 janvier 2016 ma route a croisé la tienne. Je ne planifiais pas du tout de prendre un animal. Je passais simplement comme toutes les fois devant ce magasin d’animaux à me dire combien ils étaient tous craquants, et tu m’as faites craqué.
Je t’ai aimé au premier regard et je t’ai accompagné jusqu’à ton dernier. Je t’aimerais toujours à mon dernier souffle. On sait toutes les deux que chacun de ces derniers ne sont possibles que par tout l’amour que je t’ai porté. Comment aurais je pu commettre l’irréparable et risquer de te laisser avec je ne sais qui, sans savoir si quelqu’un prendrait bien soin de toi? Comment aurais-je pu une seconde risquer que tu puisses être mal un seul instant?

Ce soir, je ne sais pas réellement si je vais bien ou pas. A vrai dire, je ne sais pas si c’est méchant mais je me sens apaisée. Je sais désormais que plus jamais j’aurais peur de ne pas avoir assez d’argent pour être certaine de contribuer à ton bonheur. Je sais aujourd’hui que plus jamais tu n’auras mal, toi qui ne montrais absolument rien. Jusqu’a la fin tu as tenu bon mon bébé. J’ai eu espoir. J’y ait cru quand tu as fais mine de manger. Ma petite chérie d’amour, merci.

Merci de tout ce que tu as fais pour moi sans même t’en rendre compte. Merci de m’avoir supporté ces trois petites années et quelques mois. Merci d’avoir été témoin de toute ma folie, de mes larmes, de mes peurs, mes crises, mes joies. Merci mon amour d’avoir été la petite merveille que tu as été. Merci pour tous ces calins, ces moment de fous rire, ces bisous. La douceur de ta langue à chacun de tes bisous me manquera. La chaleur de tes poils se collant contre ma jambe pour que je m’endorme fera place au retour de mes insomnies mais je ne regrette absolument rien.

J’espère seulement que tu es maintenant en paix. J’ose penser que tu aies pu retrouver maman pour que vous preniez soin l’une de l’autre. J’ose croire qu’il y a une place pour toi quelque part. J’attend avec impatience de recevoir mes colliers pour t’avoir pour toujours près de mon coeur et sentir ta présence. Je ferais tout pour continuer à me battre comme si tu étais là.
Merci Truffe de m’avoir permis de me construire et me battre contre cette solitude. Merci de m’avoir apporté le soutien dont j’avais besoin pour oser repousser toutes les personnes néfastes et pourtant ne pas avoir peur d’être si peu entourée. Il n’y aura jamais d’équivalence à la parfaite fifille que tu as été mais je suis certaine que des jours meilleurs continuent de venir pour que je continue de m’épanouir.

Ne plus entendre ta papatte taper quand tu avais peur ou que tu me boudais me manquera. Que tu salisses mes draps me manquera. Tes adorables morsures me manqueront alors que tu voulais un calin. Tes bouderies me manqueront mais je suis en paix. Retournes parmis les anges mon ange gardien. Ce n’est pas fini pour nous. Je viendrais autant que nécessaire déposer une fleur près de toi. Tu fleuriras quelque part, pas ici mais ailleurs je sais que tu rendras de nouveaux quelqu’un heureux.

J’espère juste que tu ne m’en veux pas de ne pas avoir su t’offrir plus d’années à mes côtés. Je préfère me dire qu’il y a un temps pour chacun et que j’ai fais tout ce qui étais en mon pouvoir mais je te demande tout de même pardon pour les douleurs que tu as pu éprouver. J’ai fais de mon mieux mon coeur.

Je t’aime ma meilleure amie.
Bon voyage ♥

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.